Des seniors de plus en plus connectés

Senior couple using digital tabletLes seniors s’intéressent aux objets connectés de santé. C’est ce que montre un récent sondage réalisé par l’Institut Français des seniors – ici 50 ans et plus. On retiendra que près d’un senior sur trois a déjà utilisé un objet connecté de santé et surtout que 80 % de ceux qui en possèdent un continueraient de l’utiliser. En tête des objets concentrant le plus d’intérêt se trouvent sans surprise les auto-tensiomètres et les bracelets surveillant le rythme cardiaque.

75% des sondés souhaiteraient être conseillés dans le choix de l’objet

Et on les comprend. Le marché très jeune et encore peu structuré des objets connectés de santé s’apparente à une jungle, où la frontière entre le segment « bien-être » et le « médical » est encore souvent très floue. La qualité et le sérieux médical de ces objets sont extrêmement variables et il n’existe pas encore d’outils grand public incontestables permettant d’orienter consommateurs et patients.

Le médecin généraliste, interlocuteur privilégié

En pratique, interrogés sur la personne la plus légitime pour les conseiller, les seniors plébiscitent à 70 % leur médecin généraliste. Ce qui est cohérent avec une étude récente de l’agence A + A, qui place les médecins généralistes en tête de liste des acteurs auxquels les Français accordent leur confiance en matière de santé.

Une étude jalma-IFOP sur la santé connectée a en revanche montré que les Français dans leur ensemble jugeaient très sévèrement le retard pris par les praticiens dans la maîtrise des nouvelles technologies. Le médecin traitant est un acteur considéré comme légitime, mais qui n’est pas pour autant jugé compétent et auquel ses concitoyens  enjoignent de se mettre à niveau d’urgence.

Des objets connectés… oui, mais dans quel but ?

La principale attente vis-à-vis de ces objets serait qu’ils aident à prévenir un accident de santé. 64 % des personnes interrogées pensent qu’ils permettront à l’avenir un meilleur suivi de la santé de chacun. Et pour cela, 84 % des sondés répondent qu’il leur paraîtrait naturel de communiquer périodiquement des données à leur médecin.

Faute de cadre légal adapté et de rémunération des médecins pour le suivi des malades à distance, il est peu probable que ce cercle vertueux se mette en place à court terme. La #smartsanté ne sera décidément pas avant longtemps un long fleuve tranquille !

 

Pour en savoir plus :

http://www.senioractu.com/Seniors-et-objets-connectes-font-bon-menage_a18891.html

http://www.leparisien.fr/espace-premium/actu/en-qui-avez-vous-le-plus-confiance-17-03-2016-5633359.php

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s