Twitter outil de recherche biomédicale

 

Twitter_logo_blueAvec 500 millions de tweets publiés chaque jour, Twitter, lancé en 2006, est devenu un moyen de communication indispensable pour les jeunes, les intellectuels, les journalistes, les politiques, mais aussi pour les scientifiques et les professionnels de santé.

Il permet en particulier à la communauté scientifique d’échanger, de commenter un événement scientifique ou médical, de commenter une publication ou encore de suivre des développements thérapeutiques.

Les scientifiques et professionnels de santé ne sont pas les seuls à utiliser Twitter. Les patients utilisent également les réseaux sociaux pour former des réseaux de patients et partager des informations sur leur maladie et ses traitements, fournir du soutien à d’autres malades ou exprimer des émotions liées à leur maladie.

Par exemple, une équipe de médecins de l’Abramson cancer Center de l’université de Pennsylvanie a recensé plus 15 346 tweets qui contenaient les mots « cancer du poumon ». En analysant leur contenu, ils se sont rendu compte que la majorité des tweets parlaient de soutien moral et de prévention et qu’une proportion moins importante faisait référence à des essais cliniques.

Au-delà des nombreux échanges qui se font sur Twitter, le réseau social est une source de données considérable pour analyser les comportements des patients et leurs échanges ou encore pour accélérer le recrutement des patients pour les études cliniques.

Ainsi on compte aujourd’hui dans Pubmed, le célèbre moteur de recherche de publications scientifiques plus d’un millier d’articles dont le sujet est lié à Twitter et à son influence dans la santé ou les comportements.

Enfin, un nouvel enjeu est d’utiliser Twitter pour faire de la pharmacovigilance c’est-à-dire détecter des effets indésirables ou secondaires liés à l’usage des médicaments. Tel est l’objectif d’un des projets lancés dans le cadre d’Epidemium, premier programme de recherche participatif en épidémiologie pour mieux comprendre le cancer grâce au Big Data, qui a été lancé par Roche France et La Paillasse en novembre 2015.  Un grand jeu de données de tweets sur les médicaments anti-cancers sera analysé à l’aide des méthodes d’analyse du langage naturel (Natural Language Processing) et des algorithmes de Machine Learning afin de détecter des effets indésirables liés à l’usage de ces médicaments. Ces résultats seront utilisés pour constituer une base de connaissances pour la pharmacovigilance destinée dans un premier temps aux groupes pharmaceutiques et aux autorités de santé et de régulation.

Pour en savoir plus : http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-154901-big-data-loiseau-bleu-a-fait-son-nid-en-sante-et-en-recherche-biomedicale-sur-le-cancer-1205495.phpxwDj14BRCkWmE6dQ.99

http://www.lequotidiendumedecin.fr/actualites/article/2016/03/04/twitter-pour-recruter-des-volontaires-aux-essais-cliniques_798711

 

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s