Santé digitale : les 4 raisons d’y aller pour les assureurs

L’engouement provoqué par les objets connectés et les applis santé n’épargne personne : l’ensemble des acteurs économiques a actuellement les yeux rivés sur ce phénomène émergent, sur lequel il porte un regard tantôt amusé, tantôt inquiet, mais toujours curieux. Entre l’intérêt évident suscité par ces nouvelles technologies, et leur mise en oeuvre effective, il y a cependant un pas qui n’a pas encore été franchi par les financeurs du système de santé français, à l’exception de quelques initiatives isolées et sans réelle cohérence apparente. Pourtant, les assureurs santé ont vraiment tout à gagner à investir cette nouvelle dimension de la santé, la santé connectée. Outre le fait indéniable qu’elle est amenée à se substituer progressivement à des pans entiers de la santé traditionnelle, 4 enjeux semblent suffisants pour les décider : un enjeu marketing, médical, économique, et stratégique. L’enjeu marketing, c’est celui de transformer l’expérience patient actuelle, parcours – de soins – du combattant ponctué d’embuches et de freins en tout genre (organisationnels, administratifs, psychologiques, etc.), en une expérience patient qui n’est peut-être pas agréable, mais à tout le moins fluide et plus supportable. Une nouvelle ère arrive, celle de l’expérience patient digitale, dans laquelle les outils numériques viendront intelligemment combler certaines lacunes du système de soins traditionnel. La réflexion autour de l’expérience patient digitale ouvre la voie à de multiples pistes de différenciation pour les assureurs. L’enjeu médical, c’est de permettre l’évolution progressive du système de santé d’un modèle curatif vers un modèle préventif. Ce point a déjà été largement argumenté, la dernière fois en date étant par le Think tank Renaissance numérique dans son livre blanc de septembre 2014. Au-delà de l’intérêt des technologies numériques et du quantified self dans la promotion de modes de vie plus sains auprès d’individus en bonne santé, leur rôle bénéfique dans la gestion des maladies chroniques est également largement prouvé selon les auteurs de ce rapport. L’enjeu économique recouvre les gains de productivité considérables que les outils numériques vont apporter à un système de santé qui a structurellement du mal à en faire. Last but not least, l’enjeu des données, couramment appelées Big data, est hautement stratégique. Sauf à accepter de laisser le champ libre à de nouveaux entrants, les acteurs issus d’internet (Google, Apple) qui ont pris une avance considérable sur ce sujet, les financeurs du système de santé devront très rapidement développer une expertise « métier » sur l’analyse de ces données pour en capter au moins une partie de la valeur. Bref, il faut y aller !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s