Les réseaux sociaux sont une chance

Social NetworkSi la chance peut se définir comme la création autour de soi d’un environnement favorable fait d’opportunités, pour reprendre les mots d’un spécialiste du management [*], qui mieux que les réseaux sociaux, peuvent représenter une source permanente d’opportunités ?

Au-delà de leur convivialité évidente, les réseaux sociaux sont avant tout un moyen formidable de rester à l’écoute, d’être « aware » comme disent les Américains (et d’autres !). Cet état de veille est la meilleure manière de pouvoir saisir les opportunités lorsque celles-ci se présentent.

Les sites de rencontre en sont l’illustration la plus évidente : ceux-ci ne sont rien d’autre qu’un facteur multiplicatif des opportunités de rencontre, et donc un facteur d’augmentation de la probabilité de rencontrer LA personne.

C’est bien sûr également vrai en ce qui concerne le plan professionnel : le networking est un moyen très puissant pour connaître et se faire connaître dans le monde du travail. La liste des bénéfices est sans fin : découvrir les dernières nouveautés, connaître les centres d’intérêt de ses prospects, échanger avec de nouvelles personnes, se rappeler au bon souvenir de ses contacts, etc. Ces bénéfices contribuent justement à la construction de sa chance, cet environnement personnel permettant de susciter les opportunités : nouvelle idée, nouveau poste, nouveau partenariat…

Au-delà de ces généralités, les réseaux sociaux sont incontestablement une chance pour le secteur de la santé.

Sans revenir sur les avantages d’ordre professionnel pour les acteurs de ce secteur, qui sont les mêmes que dans les autres domaines d’activité, les réseaux sociaux ont aussi des atouts spécifiques pour contribuer à l’avenir à l’amélioration de la santé et de la médecine.

Aux Etats-Unis, des réflexions sont en cours pour utiliser les réseaux sociaux comme de véritables relais de détection des épidémies, certaines applications étant d’ores-et-déjà en passe de supplanter les outils épidémiologiques traditionnels. Une autre finalité du même ordre est de faciliter la veille sanitaire dans le domaine des médicaments, avec la possibilité de recenser en temps réel les effets secondaires des traitements, en court-circuitant la procédure actuelle longue et peu fiable.

Les personnes atteintes d’une maladie ou leurs proches peuvent facilement entrer en contact via des communautés de patients, comme PatientsLikeMe ou Carenity en France, pour partager leur expérience personnelle et diffuser leurs connaissances sur la maladie. En outre, ces réseaux donnent aux laboratoires pharmaceutiques et scientifiques un accès à une masse très importante de données de santé, offrant par là une opportunité inédite pour faire avancer encore plus efficacement la recherche médicale.

Ils donnent aussi aux soignants l’occasion de rénover leur relation avec les patients, vers plus de transparence, de fluidité et de simplicité, cet exercice requérant toutefois une grande prudence de la part des professionnels. Mais nul doute que dans un contexte de digitalisation rapide de la santé et de virtualisation des échanges, les réseaux sociaux représenteront à terme une façon de maintenir le lien entre patients et soignants, et ainsi de conserver à la médecine sa part d’humanité.

[*] Comment avoir de la chance, vidéo de Phillipe Gabilliet, Directeur Scientifique du European Executive MBA et Professeur de Leadership à ESCP Europe

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s