Santé connectée et respect de la vie privée

Confidentialité des données de santéBénéficier des multiples avantages de la santé connectée implique d’accepter de publier sur le web des informations au caractère très personnel. Pour obtenir des recommandations fiables, il faut fournir au préalable des données précises sur son hérédité, son mode de vie, ses antécédents médicaux, ses marqueurs biologiques et autres traitements en cours. Que deviennent ces données ? Sommes-nous à l’abri d’une utilisation malintentionnée, voire frauduleuse ?

Répondre non reviendrait à faire preuve d’un optimisme excessif. Une chercheuse de Microsoft a démontré en 2006 qu’il était impossible de garantir une sécurité complète des données sensibles telles que celles concernant la santé même quand elles étaient complètement anonymisées. Il suffit le plus souvent de les croiser avec d’autres informations aisément disponibles telles que l’âge, le sexe ou la localisation géographique pour identifier la personne qui se cache derrière.

La collecte et le traitement de données à caractère personnel sont par ailleurs devenus une activité économique à part entière dont la finalité est de profiler l’internaute pour personnaliser le plus possible la publicité qui lui est adressée et ainsi lui faire acheter toujours plus. Compte tenu du poids croissant des dépenses de santé et de bien-être, qui vont de l’alimentation bio aux soins et équipements de santé à caractère esthétique en passant par les produits de beauté, vitamines et autres alicaments, la collecte des données de santé est au cœur des stratégies de tous les grands acteurs de l’Internet. Google, Apple, Samsung et autres ne rêvent que de prendre en charge notre santé au travers de leurs smartphones et tablettes et/ou au travers d’une multitude d’objets plus ingénieux les uns que les autres.

Si nous n’y prenons pas garde, nous serons donc bientôt à nu en ligne et notre poids, notre tension artérielle, notre taux de sucre ou de cholestérol deviendront des denrées que s’échangeront les marchands du Net. Le phénomène est déjà largement entamé : beaucoup de fabricants d’objets connectés de santé, balances ou autotensiomètres notamment, ne font pas mystère de leur intention de commercialiser les données qu’ils récoltent. Croisées avec d’autres données collectées par des canaux différents, ces informations permettront de nous « cartographier » d’une manière extraordinairement précise et intrusive.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s