La révolution de la santé connectée

Santé connectéeLa révolution de la santé connectée est en marche et rien ni personne ne pourra l’arrêter. Elle se traduit pour l’instant par la multiplication d’objets électroniques qui permettent, connectés à un smartphone ou à une tablette, de mesurer son poids, sa tension artérielle, la qualité de son sommeil, son activité physique et de visualiser les résultats. Les smartphones et tablettes deviennent eux-mêmes progressivement des terminaux embarquant une multitude de capteurs et d’applis de santé et dans ce domaine la sortie du Samsung Galaxy S5 marque sans doute un vrai tournant. Dans très peu de temps, à peine trois à cinq ans, cette révolution silencieuse permettra à des centaines de millions de malades chroniques de prendre en charge une partie de leur suivi et de bénéficier en continu de l’analyse des données collectées et de recommandations de plates-formes médicalisées distantes, automatisées en tout ou partie.

Concrètement, les données biologiques des personnes à risque, déjà malades ou pas, seront récupérées via des outils d’auto-mesure connectés qui permettront la généralisation des mesures biologiques et physiques les plus courantes (poids, glycémie, cholestérol, tension artérielle etc.) et les questionnaires personnalisables soumis au patient fourniront des données relatives aux antécédents familiaux et au mode de vie. L’ensemble de ces informations seront ensuite croisées par des systèmes experts accessibles au médecin traitant. L’auto-mesure et les outils d’évaluation permettront ainsi de créer une cartographie générale de l’état de santé ou des facteurs de risque. L’individu disposera des informations et recommandations nécessaires pour adapter son mode de vie très en amont de la maladie ou, une fois qu’elle sera installée, son traitement médicamenteux.

La diffusion très large de ces nouvelles technologies est d’autant plus probable qu’elle s’inscrit dans un mouvement plus global de généralisation du do-it-yourself. La tendance lourde observée depuis plus de vingt ans est celle d’une suppression progressive des activités intermédiaires dans l’ensemble de l’économie et d’un transfert de nombreuses tâches simples et répétitives des entreprises vers le consommateur final. Le secteur de la santé, a priori très conservateur, emboîte le pas contraint et forcé, pour des raisons essentiellement liées à l’augmentation continue du coût des soins et à la pénurie croissante de temps médical.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s